C’est un fait, Instagram est devenu le playground de pas mal de monde, y compris chez nos amis rappeurs. Et comme dans le game, il y a ceux qui se placent tout en haut de la pyramide, forts de millions d’abonnés. A ce petit jeu, Booba peut se targuer d’être un gros bonnet, avec pas moins de 4,6 millions de followers à son actif. Problème, le compte de l’artiste originaire du 92 s’est fait striker par la plateforme, de quoi laisser la piraterie orpheline…

Des conditions d’utilisation non respectées

Booba sur Insta, c’est donc une pelletée de posts en story tous les jours, 143 abonnements, 6 806 publications et donc des millions d’abonnés. Un sacré palmarès sur ce réseau social… Du moins c’était, car comme il l’a annoncé lui-même il y a quelques heures de cela, la plateforme dédiée au partage de photographies filtrées à souhait, a décider de sévir. Garant d’un règlement intérieur plutôt strict (pas de pornographie, pas d’images violentes, etc.), Instagram prône de plus en plus une utilisation vertueuse de son application (suppression des filtres poussant à la chirurgie esthétique, absence du compteur de likecensure des posts photoshoppés). Et du coup, B2O n’y échappe pas… Comme il l’a lui-même expliqué ci dessous :

Malgré un post tout récent qui comportait un mignon chaton et une légende invitant à un trêve (« Me faites pas ça Instagram, je promets d’être irréprochable »), la plateforme a mis sa menace à exécution.

Contacté par Booska-P un porte-parole d’Instagram a confirmé la version : « Toute personne qui utilise Instagram doit s’engager à respecter nos règles de la communauté. Nous avons supprimé le compte de Booba et lui avons interdit d’utiliser Instagram pour avoir enfreint ces règles»

On rappelle qu’il ne s’agit pas d’une suspension, mais bien d’une suppression en bonne et due forme du compte de Booba. A l’avenir, il ne pourra pas créer d’autres pages en son nom.

« L’argot  sous un garrot », un reportage désormais disponible

Toujours au coeur de l’actualité, Booba a fait parler d’une autre manière hier au soir. En effet, un reportage de 50 minutes dédiée à sa « face cachée » a été mis en ligne sur Youtube. Evoqué à travers de nombreux linguistes et auteurs, B2O fait l’objet d’une analyse plutôt littéraire. Un travail signé Olivier Pillot et Laura Millienne dont on vous dit un peu plus juste ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.