Essai – MERCEDES S63 AMG CABRIOLET

979
0

MERCEDES S63 AMG CABRIOLET

Pour prétendre au titre de cabriolet le plus confortable du monde, Mercedes s’est servi de toute son expérience dans le domaine, en concentrant l’ensemble des équipements dont profitent les autres modèles de la gamme.

A l’instar du Coupé, les sièges sont chauffants et ventilés. Mais sur le cabriolet, raffinement absolu : le volant et les accoudoirs chauffent aussi pour compléter l’ensemble. D’ailleurs, la climatisation à elle seule, recourt à pas moins de 12 capteurs et 18 moteurs pour adapter automatiquement la diffusion du flux d’air et garantir une température optimale, quelles que soient les conditions, capoté ou non.

La capote justement, se déploie assez rapidement : en 17 secondes et jusqu’à une vitesse de 60 km/h. S’il fait un peu frais comme aujourd’hui, on peut déclencher comme sur le SLC, un chauffage de nuque, qui va créer une véritable écharpe d’air chaud. Et pour anéantir les turbulences, il est possible comme sur le Cabriolet Classe E, de déployer simultanément avec le filet anti-remous, un petit déflecteur situé au sommet de la baie de pare-brise.

Le résultat est assez bluffant d’efficacité. Le flux d’air est parfaitement contrôlé, et on peut désormais rouler décapoté sur autoroute en toute saison, sans congeler, ni trop ruiner le brushing de madame.

Deux V8 et un V12, tous biturbo

Une multitude d’équipements, qui comme vous vous en doutez pèsent lourd. D’autant que cette Classe S n’est proposée qu’en version intégrale. Avec un poids de 2,185 kg sur la balance (oui vous avez bien lu) le Cabriolet prend 90 kg face au Coupé. Il faut donc des moteurs particulièrement « efficaces ». En l’occurrence, Mercedes ne propose que des moteurs essence sur cette Classe S cabriolet : deux V8 et un V12, tous bi-turbo. Nous avons donc opté pour la Sportive 63 AMG. Tenez-vous bien : avec 585 ch, nous ne sommes à bord que de la version intermédiaire.

Mais en pratique, le V8 bi-turbo de cette version 63 AMG a beau se montrer moins puissant que le V12 de 65 AMG (de 630 ch), c’est pourtant bien lui qui se montre le plus performant : le 0 à 100 km/h est atomisé en 3,9 secondes ! Soit 2 dixièmes plus rapidement que le V12. Pas de secret, la transmission intégrale aide clairement à transmettre 100% de la puissance au sol.

Mais la philosophie de cette S cabriolet n’est pas vraiment de brusquer ses occupants. La sonorité de ses échappements est certes bestiale, le châssis se montre néanmoins étonnamment confortable. Oui le poids est clairement sensible : pied au plancher, on ressent bien l’impression d’une énorme masse qui se retrouve propulsée par les 4 roues motrices jusqu’à 6.500 tr/min (on est d’ailleurs un peu surpris au premier freinage céramique). Mais le châssis se révèle aussi rigide que celui du Coupé. Et la suspension pneumatique assure une bonne gestion des mouvements de caisse, sans pénaliser le moelleux de l’amortissement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here