Accueil ACTUALITÉS Automobile / il invente un moteur de voiture à eau …

Automobile / il invente un moteur de voiture à eau …

329
0

Il est français et son invention peut apporter un ouf de soulagement aux automobilistes du monde entier. Son nom, Marc Renaudin. En effet, cela fait maintenant plus de deux ans que ce Breton roule avec un moteur à eau. Et ce dernier ne tarit pas d’éloges sur un système qui lui aurait fait gagner près de 19 pleins d’essence, soit plus de 16.000 km. Ce retraité lorientais de 64 ans, ne calcule même plus les économies réalisées avec son kit qui n’a pas modifié le moteur. Un procédé qui reprend un vieux système qui consiste à injecter de l’eau dans un moteur à combustion. L’installateur fixe un réacteur au collecteur d’échappement du moteur ou précatalyseur. Il le relie à un « bulleur » d’une capacité d’un litre contenant de l’eau de pluie (ou déminéralisée) à renouveler tous les 1.000 km et à un diffuseur installé à la prise d’air. L’aspiration du moteur génère la formation de bulles d’air. L’air humide obtenu passe par le réacteur dont la température et la composition vont permettre sa transformation moléculaire avant son injection dans le moteur. Avec 55.000 kilomètres réalisés depuis l’achat du kit pour sa Citroën C5 diesel qui fait 138 CV, le calcul n’est pas bien compliqué. Avant installation, cet habitué des longs périples effectuait entre 800 et 850 kilomètres avec un plein. Désormais, le même plein lui permet, sans changement de conduite, de rouler près de 1.200 km. Selon le distributeur, ce procédé permettant de carburer à l’eau de pluie aurait déjà trouvé preneur auprès de 5.000 clients français, avec 80 % de clients professionnels. Des négociations seraient en cours avec une société de la région de Lorient afin de produire en série des catalyseurs. Seule inconnue, la durée de vie de ce système qui si on en croit le diffuseur serait de 150.000 km. Le technicien avance le chiffre de près de 200 véhicules, professionnels ou particuliers, déjà équipés sur la Bretagne. Il n’attend désormais plus qu’une certification officielle de son système pour passer à la vitesse supérieure. Selon le distributeur, ce procédé permettant de carburer à l’eau de pluie aurait déjà trouvé preneur auprès de 5.000 clients français, avec 80 % de clients professionnels. Des négociations seraient en cours avec une société de la région de Lorient afin de produire en série des catalyseurs. Seule inconnue, la durée de vie de ce système qui si on en croit le diffuseur serait de 150.000 km.

Franck Hamylton

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here